INTERVIEW – JERÔME SEGRETO SE DÉVOILE

Arrivé en Juin pour succéder à David Athamnia nommé directeur sportif, le FC Mougins souhaite vous faire découvrir son nouveau responsable U15, Jérôme Segreto, en charge de l’équipe DH, qu’il va tenter de mener à son objectif, le maintien… Présentation !

Jérôme, peux-tu nous retracer ton parcours avant d’arriver à la Valmasque, notamment ton passé de jeune joueur, avant de revenir sur les différentes expériences d’éducateur que tu as connues ?

Tout d’abord je tenais à remercier l’ensemble du club pour l’accueil qui m’a été fait. En ce qui concerne mon parcours de joueur, j’ai commencé le football assez tôt dès l’âge de 4 ans, j’ai débuté au Stade de Vallauris jusqu’à mes 10 ans, puis j’ai transité à La Fontonne pour deux saisons. J’ai ensuite intégré le centre de formation de l’OGC NICE dont j’étais le plus jeune pensionnaire. J’ai fait toutes mes classes là-bas (13 Ligue, 15 Nationaux, 17 Nationaux, 19 Nationaux). Après avoir remporté différents titres en catégorie de jeunes, j’ai eu la chance de jouer la finale de La coupe Gambardella au stade de France perdue face au FC Nantes en 2001. International français à 37 reprises dans les catégories de jeunes (U16, U17 et U18) où j’ai pu participer aux plus beaux tournois internationaux et ainsi affronter ou jouer avec des joueurs comme Tevez, Torres, Faë, Le Tallec, Meghni, Faty, Berthod, Grax… J’ai signé mon premier contrat professionnel à 18 ans à l’OGC Nice puis j’ai été transféré au RC Lens, alors en Ligue 1, où j’ai passé 3 ans. Après une période assez brève en Chypre, j’ai signé au FC Hyères en National 1, qui sera mon dernier club en tant que sportif de haut niveau car, suite à de graves blessures à répétition, ma carrière fût stoppée nette. En tant qu’éducateur j’ai entrainé essentiellement dans mon club formateur à la Fontonne où j’ai occupé les postes de responsable de la catégorie U15 durant 4 ans, puis la réserve Séniors une saison. Je suis devenu Entraineur Général et responsable technique durant 3 ans pour ensuite passer responsable de la section sportive deux ans. J’ai achevé ma mission fontonnoise sur le foot réduit avec les U13 élite durant 2 ans tout en étant le responsable des U17 qui évoluaient en Excellence. Après avoir passé 10 ans au sein du club de La Fontonne me voici ici au FC Mougins.

 

Si proche de réaliser cette carrière de joueur professionnel, tu es bien placé pour décrire le chemin qui y mène et ses embûches… Quels sont les conseils que tu peux donner à nos jeunes joueurs ?

Disons qu’il faut faire attention à ce que l’enfant ne soit pas perçu comme un ticket de loto pour lequel un proche ou une famille miserait, espérant ainsi se sortir d’une situation personnelle compliquée ou de sortir d’un certain rang social ne pensant qu’aux paillettes du football d’aujourd’hui. Attention au facteur médical, nutritionnel, scolaire, émotionnel et psychologique. Je finirais par restez-vous même, faites du football parce que c’est ce que vous aimez par-dessus tout, prenez du plaisir à jouer, donnez tout ; n’ayez aucun regret, le football n’est pas une fin en soi. Si vous devez passer du rêve à la réalité, tant mieux et bravo, mais comme dans toute chose il existe des parties sombres.
Travaillez et soyez sérieux chaque jour. Il y a le facteur chance et les opportunités qui participent ou non à cette possibilité de réussite sportive.

 

Te voilà au FC Mougins, comment t-es-tu retrouvé à La Valmasque ?

Je me suis retrouvé à Mougins par le biais de notre nouveau Responsable Sportif David Athamnia, que j’ai côtoyé sur diverses formations d’Entraineur notamment au BMF. Nous avons sympathisé, accroché et adhéré l’un à l’autre humainement tout d’abord. Il se dégage et se détache certaines valeurs éthiques et morales chez l’homme qui me correspondent. On est devenu ami. Après avoir refusé certaines propositions de sa part auparavant, j’ai décidé tout naturellement cette année de venir travailler à ses côtés, et auprès des jeunes Mouginois.

 

Depuis ton arrivée, comment juges-tu notre club ? Ses points positifs ? Et pour toi, l’axe prioritaire à développer ?

Difficile pour moi de juger le club car étant nouveau, je suis porté sur de l’observation. J’écoute beaucoup, même si je préfère me faire ma propre opinion. Au premier abord le club et les gens qui le constituent ont l’air chaleureux, sympathiques, accueillants. En ce qui concerne les points positifs, le cadre assez reposant, l’infrastructure de qualité qui sera je pense personnellement encore plus élevée avec le nouveau synthétique sur le deuxième terrain. L’Organigramme sportif et ses divers responsables (Présidents etc…), son tournoi Human Cup élite de fin de saison, son niveau de pratique (Régionaux à 11, élite à 8). Les axes prioritaires à développer : le niveau Régional pour les séniors ! Réduire les écarts de niveau de pratique des différentes équipes réserves de jeunes et séniors, et continuer de développer l’individu, de le former en tant que sportif certe, mais aussi sur l’aspect éducatif et social. Faire de tous ces jeunes, des personnes responsables et respectueuses est une priorité !

 

U15 DH, un championnat que découvre le FC Mougins. Comment t-es-tu préparé à cet exercice 2017/2018, et comment juges-tu la valeur de ton effectif ?
Je m’appuis d’avantage sur mon expérience personnelle, mais aussi auprès de mon staff, du responsable sportif David Athamnia, de Jeremy Bouchacourt en U17 DH. Mon groupe a certaines qualités qui pourront leur permettre d’exister dans ce championnat DH. Il faut une prise de conscience conséquente, qu’elle soit individuelle et collective, de ce que peut représenter l’exigence, la rigueur, l’investissement, l’état d’esprit et le mental pour parvenir aux objectifs.

 

Des débuts prometteurs, quels enseignements tires-tu de ces 4 premières rencontres et pour quels objectifs finaux ?
Il faut rester lucide quant au début de saison, il est très bon sur le plan comptable avec 17 points sur 20 pris (4 victoires et 1 défaite), mais avec un contenu trop irrégulier dans les performances individuelles et collectives. Nous devons davantage progresser dans le jeu, dans l’animation offensive et défensive mais surtout sur le plan mental, la concentration et la gestion des émotions. Nous avons pris une belle gifle le week-end dernier qui était prévisible (6-1 à Gap), et les garçons se sont bien repris ce dimanche avec cette belle victoire 3-2 contre FC Istres. Humilité et travail sont les mots d’ordre. Quand on commence, à cet âge, à enchainer les victoires, les gens et les joueurs trouvent ça normal, sauf que nous ne pouvons pas nous permettre de nous relâcher, cela mène systématiquement à la suffisance. La réalité peut nous rattraper.

Notre objectif est simple : le MAINTIEN !

 

Dans ton rôle de responsable de catégorie, peux-tu nous parler des équipes que tu as sous ta responsabilité, et les objectifs liés à chacune d’elle ?
J’ai sous ma responsabilité les 4 équipes U15.
Objectifs U15 DH => préformation, parcours d’excellence, maintien au plus haut niveau élite.
Objectifs U14 élite=> préformation, parcours d’excellence, préparation des U14 au niveau Régional, accession au plus haut niveau district.
Objectifs U15 Honneur => préformation, se positionner dans les 5 équipes du haut de tableau en décembre pour réajuster les objectifs qui, peut-être, seront celui d’accéder en Pré-excellence.
Objectifs U15 Pré-Honneur => Football Loisir mais dirigé et organisé, minimiser l’aspect des résultats au profit d’une identité de jeu et d’une bonne gestion d’effectif, cela ne veut pas dire qu’on ne doit pas gagner nos matchs !

Pour la catégorie : Plaisir, jeu, partage, échanges, aventure humaine, respect, solidarité, collectif, groupe, équipe et surtout Penser Club !

 

Pour finir, que pouvons-nous te souhaiter ?
Pour moi la santé surtout…, pour le club et l’ensemble des catégories : des résultats !

HISTORIQUE DE LA 14 ELITE CUP

Le FC Mougins Côte d’Azur est de tradition un club d’évènements festifs et de tournois. Cela caractérise au mieux les valeurs qu’il véhicule comme la convivialité, l’hospitalité, la tolérance et l’échange. Le cadre exceptionnel de la Valmasque apporte une dimension toute particulière aux tournois avec un sentiment de liberté et de sérénité pour les participants qu’ils ne retrouvent nulle part ailleurs.

Lors de la saison 2002/2003, je suis en charge de l’équipe des 13 ans du FC Mougins qui vient d’accéder au niveau ligue. A cette occasion, je suis sollicité par l’Elite régionale afin de se retrouver pour clôturer la saison dans notre parc de la Valmasque. Avec le soutien des deux coprésidents de l’époque Thierry Amalfato et Jean Pierre Manzocco, je crée la 13 Elite Cup.

La présence de l’OGC Nice, l’AS Monaco, l’Olympique de Marseille, le Stade de Reims et des meilleurs clubs amateurs de France comme Toulouse Fontaine, Mulhouse ou le Racing Paris etc… propulse la réussite de l’Elite Cup dans les tournois qui comptent en France.

L’édition suivante sera la naissance de la 14 Elite Cup telle que nous la connaissons, c’est-à-dire un tournoi qui devient la référence nationale avec un plateau de grande qualité exclusivement réservé aux meilleurs clubs professionnels français tel que le Paris Saint Germain, le Stade Rennais, le FC Girondins de Bordeaux, l’Olympique de Marseille, l’AS Monaco, l’Olympique Lyonnais etc… et le FC MOUGINS.

L’arrivée aux commandes du FC Mougins du nouveau président Henri Faraud comme compagnon de route dans l’organisation de l’évènement, permet de prendre une toute autre dimension à ce tournoi et d’obtenir ainsi ses lettres de noblesse. Cela nous laisse la liberté et le luxe du choix sportif pour notre plateau. La présence de nombreux bénévoles et d’une commission d’organisation très investie et très performante finit par développer l’image de la 14 Elite Cup et de lui donner une dimension internationale.

Après 5 éditions exceptionnelles et un engouement sans faille du public, qui a vu passer du côté de la Valmasque des futurs grands joueurs comme Lucas Digne, Adrien Rabiot, Samuel Umtiti, Anthony Martial, Divock Origi, Mbaye Niang, Corentin Tolisso, Mouez Hassen, Axel Prouhouly, Maxwell Cornet, Nabil Bentaleb, Hervin Ogenda, j’en passe et des meilleurs.

Cette remarquable édition 2009 marquera pourtant l’arrêt de la 14 Elite Cup malgré l’engouement des clubs les plus prestigieux pour y participer. Le terrain très vieillissant et des infrastructures obsolètes associés à des bénévoles de moins en moins nombreux poussent la direction à suspendre l’évènement.

Pendant les années qui suivront, les clubs professionnels n’auront de cesse de nous relancer, afin de faire renaitre ce tournoi. C’est sous la présidence de Jean-Philippe Gauthier et sous l’impulsion du Vice-Président Pascal Bilalyew que le tournoi redémarre.

Avec des infrastructures de bien meilleure qualité et une forte mobilisation autour du projet, l’édition 2015/2016 sera pour une reprise une réussite totale. Les meilleurs clubs sont au rendez-vous avec un niveau sportif excellent, l’ambiance familiale et conviviale accompagne le déroulement du tournoi.

Le succès aidant et l’engouement suscité par le tournoi de Mougins, génèrent un élan de solidarité et une forte mobilisation. En effet les commissions se développent et se modernisent, mais la réelle nouveauté, est l’arrivée à mes côtés pour diriger l’organisation d’une femme extraordinaire qui va insuffler un nouvel élan et une nouvelle approche en matière d’organisation. Valérie Rossi a l’idée géniale d’associer au tournoi sportif que nous maitrisons, une dimension sociale et civique. Elle est partie du principe que « l’Elite d’aujourd’hui sera certainement l’Elite de demain ». Les faire grandir avec des valeurs de RESPECT, FAIR PLAY et NO RACISM peuvent être bénéfique pour notre sport et notre société de demain, et seront le socle de l’édition 2016/2017, bienvenue à « L’HUMAN ELITE CUP ».

Nous lui souhaitons une longue et heureuse vie, qu’elle continue à faire briller les yeux des enfants et des plus grands.

Nous vous promettons un plateau exceptionnel pour cette nouvelle édition, en espérant vous retrouver nombreux du côté de la Valmasque.

Allez Mougins !!!

David ATHAMNIA

Directeur de la HUMAN ELITE CUP

David et Pierre

 

 

entretien-avec-jeremy

Les U17 DHR du FC Mougins effectuent un très bon début de championnat, après 5 journées, les joueurs de Jeremy Bouchacourt occupent une magnifique place de leader du Groupe B.

 

Jeremy, avant de parler de ta catégorie et de ton équipe, peux-tu te présenter et retracer ton parcours footballistique ?

Jérémy Bouchacourt, 26 ans, en concubinage avec ma petite amie depuis bientôt 6 ans (que je remercie au passage pour le temps qu’elle me laisse consacrer au football et qui est très conséquent, notamment cette année) et j’habite à St Laurent du Var depuis que je suis né.

Je suis titulaire pour le coté professionnel d’un Bac +5 dans le management commercial, et du Brevet de Moniteur de Football pour le côté sportif. Je suis d’ailleurs en formation pour le Brevet d’Entraineur de Football, diplôme financé en partie par le FC Mougins, que je remercie également.

Concernant mon parcours footballistique en tant que joueur, j’ai fait l’essentiel de ma « carrière » de joueur dans 4 clubs, que cela soit avec l’ES Cros de Cagnes, mon premier club, où j’ai pu jouer en -15 ans Ligue, avec le Cavigal Nice, en U19 DH, mais également avec le Stade Laurentin, en U19 DHR. J’ai rejoint le FC Mougins en 2009, avec le statut d’U20, et c’est durant cette année que je me suis fracturé un tendon de la cheville à Grasse…

Ce fut un petit peu le déclencheur de mon arrêt en tant que joueur, car je n’ai pas eu la possibilité et surtout l’envie de revenir à mon meilleur niveau, prenant de plus en plus de plaisir à être sur le banc et de moins en moins sur le terrain…

Concernant mon parcours d’entraîneur, j’ai démarré en 2008 directement avec des U17 au Stade Laurentin. L’année d’après, je suis arrivé à Mougins et on m’a également fait confiance dans cette catégorie, sur une équipe U17 Pré-Honneur. Ironie de la situation, j’avais comme responsable de catégorie & entraineur de l’équipe première U17 Billy, actuel Président du club, et en équipe réserve Jean Michel Correa, qui est aujourd’hui mon préparateur physique depuis 2 saisons maintenant…

J’ai passé 2 saisons dans ce rôle puis j’ai eu en charge la réserve U17 que j’ai gardé 2 ans et demi, et suite à la décision de Billy de se mettre en retrait en Décembre 2013, j’ai repris l’équipe première de la catégorie qui était en mauvaise posture… On a réussi à se sauver, et l’année d’après, on fait l’exploit de monter en U17 DHR… Je pense que le match de la montée est mon meilleur souvenir mouginois à l’heure d’aujourd’hui… Tant sur le plan footballistique qu’émotionnel, je pense que j’aurais beaucoup de difficulté à retrouver ce type de sensation sur un banc car ce moment fut magique !

Depuis, avec plus ou moins de difficulté, nous sommes arrivés à rester en DHR, avec une première année compliquée et une deuxième laissant quelques regrets mais qui m’a permis d’acquérir beaucoup d’expérience à ce niveau…

J’attaque donc ma 3ème saison à ce niveau, mais surtout ma 9ème saison en tant qu’éducateur à seulement 26 ans, et j’en suis le premier heureux !

img_4523-copier-002

Tu es le responsable de la catégorie U17, comment gères-tu cette responsabilité et quels sont les objectifs des équipes U17 du FC Mougins ?

Tout d’abord, qui dit responsable de catégorie dit présentation de l’ensemble des équipes & du staff. 3 équipes composent la catégorie U17, avec 2 équipes Honneur encadrés par Pierre Rolly (équipe 2) et Franck Leroy (équipe 3). Concernant le staff de l’équipe DHR, j’ai la chance d’avoir un adjoint (Thomas Peze) et un préparateur physique (Jean Michel Correa) qui sont plus que de simples personnes m’aidant, mais qui permettent d’avoir une vraie réflexion à 3 dans le contenu et dans la mise en place globale… Je voulais particulièrement les remercier, notamment dans cette année de formation qui m’oblige à m’absenter 1 semaine par mois. La mission qui est la leur n’est pas simple, et je sais qu’ils font tout ce qu’ils peuvent pour garantir les meilleures séances possibles pendant mon absence.

Concernant la catégorie et la gestion des 3 équipes, j’ai choisi d’adopter un management plutôt observateur, dû à différents critères : tout d’abord, je pense qu’il y a assez d’expérience sur les bancs de ces 2 équipes pour ne pas avoir à m’immiscer dans leurs façons de travailler. Ils savent qu’ils peuvent compter sur moi s’ils en ont besoin, s’ils ont une question ou un conseil à avoir mais je ne veux rien imposer car je n’aimerais pas que l’on m’impose quelque chose qui ne soit pas propre à ma façon d’éduquer ou d’entrainer.

Dans tous les cas, je suis au courant de ce qu’il se passe, que cela soit en match ou à l’entrainement avec des débriefings de leur part, comme eux sont au courant de ce qu’il se passe en équipe première. Un vrai travail d’équipe est mis en place dans la catégorie et c’est ce que je recherchais en début d’année… Seul regret, j’ai pu assister qu’à un bout de rencontre de l’équipe 3, et malheureusement pas encore à un match de l’équipe réserve. Cela en devient même un petit peu superstitieux, car elle a gagné tous ses matches et je ne voudrais pas être le chat noir de cette équipe…

Concernant les objectifs, il faut différencier les objectifs clubs des objectifs « groupes ». L’objectif club minimal est simple : il faut réussir à maintenir l’équipe DHR tout en parvenant ENFIN à faire monter l’équipe 2 au niveau Pré-Excellence. C’est une mission que la catégorie loupe depuis l’année où le groupe 1 a réussi à monter en DHR, date qui correspond à la descente de l’équipe réserve en Honneur. L’ensemble de la catégorie sera donc mobilisé pour cet objectif, et cela a commencé dès le premier match de championnat pour les 3 équipes…

Concernant les objectifs « groupes », l’équipe 3 a pour but de prendre du plaisir, mais aussi et surtout de donner un coup de main à l’équipe 2 quand elle en aura besoin. Il y a donc un véritable esprit de progression, cela allant totalement dans le sens de la catégorie.

L’équipe 2 a également cette notion de progression car elle est composée à majorité de 1ere année, et l’ensemble de l’effectif doit avoir l’ambition de taper à la porte de l’équipe première.

Enfin, l’équipe 1 a un objectif clair : « le jeu ». C’est le projet qui a été mis en place pendant l’intersaison estivale et c’est ce qui est prôné depuis le 16 Aout, date de la 1ère séance du groupe. Le staff (car je ne suis pas tout seul dans cette idée et j’inclus une nouvelle fois mes 2 acolytes) estime que les résultats ne viendront que par le jeu proposé, et non l’inverse. Et la gagne n’est pas oubliée loin de là, mais on pense que les jeunes U16 ou U17 qui composent notre effectif ont un besoin de formation, d’apprentissage plus qu’un besoin de victoires… Le résultat comptable n’est qu’une petite partie de l’apport que l’on veut transmettre au groupe.

Les résultats ne viendront que dans un second temps, à la suite de performances de qualités sur le rectangle vert…

 

Pour ta troisième saison comme éducateur d’une DHR, es-tu surpris par cette place de leader et que signifie-t-elle à tes yeux ?

Pour aller dans le sens de ma dernière réponse, elle ne signifie pas grand-chose. Bien évidemment, cela est plaisant de voir le nom du club en haut du classement, mais cela ne doit pas nous faire plus de mal que de bien, et ce fut un peu le cas sur le dernier match de championnat, perdu à domicile contre Gap.

Cette première place doit plus ou moins valider le projet de jeu mis en place avec le groupe, mais ne doit pas nous faire oublier d’où l’on vient, et quelles difficultés nous avons passés tous ensemble pour en arriver là… Le groupe en a bavé pendant la préparation physique, les 5 semaines ont été difficiles, tant sur le plan physique où il fallait encaisser cette charge de travail que sur le plan mental pour comprendre le projet…

Dans la suite de cette réflexion, le terme « surpris » n’est, je pense, pas adapté…

Nous sommes contents de cette place, mais pas crédule ! Nous avons un groupe jeune pour une DHR mais avec de la qualité. Ces résultats doivent nous conforter dans notre idée et nous permettre d’être encore plus ambitieux, non pas dans les résultats, mais dans le projet de jeu que l’on propose… On va pouvoir pousser l’idée encore plus loin dans le futur, aller chercher plus vite ce que l’on n’aurait pas pu faire sans les résultats qui sont les nôtres à la trêve, sans bien évidemment oublier les bases de ce niveau…

Maintenant, le plus dur reste à venir car les équipes adverses vont désormais nous attendre de pied ferme et on a tendance à oublier les fondamentaux dans ce genre de période où tout va bien… Le staff aura donc beaucoup de travail pour rester vigilent et rappeler les 3 mots d’ordre qui font notre force depuis le début de l’année : Travail, Intensité & Solidarité !

 

12074879_915014768551993_7376160053274724936_n

Quel éducateur es-tu ? Quel est ou sont tes modèles ?

Concernant les modèles, je ne pense pas en avoir… mais je m’inspire beaucoup des visions extérieures, que ce soit en amateur ou en professionnel ! Certains coaches m’ont marqué dans ma vie de joueur ou d’entraîneur, comme Anthony Paolino, Gilbert Minasi ou Michel Cavargini, pour différentes raisons, et font le coach que je suis aujourd’hui… Forcément, dans le monde professionnel, certains m’inspirent également mais je ne pense pas avoir de modèle car chacun trace son chemin en son âme et conscience et chaque choix détermine son futur et déterminera le prochain choix à faire…

Je ne sais pas si c’est à moi de dire quel éducateur je suis, mais en étant le plus objectif possible, j’essaie de transmettre les valeurs que j’estime être les miennes : Travail, Intensité & Solidarité…

J’estime être un travailleur, et je ne me vois pas arriver sur une séance sans savoir ce que je veux faire, quel message je veux faire passer… C’est aujourd’hui quelque part le mal du football de nos jours, et si j’arrive à faire passer ce message aux jeunes, j’aurai rempli ma fonction d’éducateur…

Intensité, certains peuvent me le reprocher, mais je suis très présent, trop pour certains peut-être. Je mets de la voix, j’anime les séances avec beaucoup d’envie car c’est ce que j’aime : être sur les terrains, voir les joueurs progresser et faire passer son message du mieux possible…

Et solidarité car j’ai toujours été quelqu’un qui réussit grâce aux autres, avec les autres… Si j’ai confiance en la personne, je pourrais tout faire pour qu’elle sente que je la soutiens, quoi qu’il arrive, quel que soit la situation…

J’ai forcement certains défauts, et notamment certains qui peuvent faire partie de certaines qualités, et je remercie une nouvelle fois le club de me permettre d’apprendre et de faire face à ces défauts. J’essaie de les gommer, et l’envie de passer les formations comme je suis en train de le faire m’aide à passer certaines étapes dans ce qui est ma passion au quotidien…

 

Enfin, quel regard portes-tu sur le FC Mougins ?

Il est difficile d’avoir un regard extérieur pour une personne qui est à l’intérieur du projet…

Quand je suis arrivé au FC Mougins en 2009, je voulais retrouver ce côté familial que j’avais eu étant jeune au Cros de Cagnes et que j’avais perdu sur mes différents clubs suivants. Un club où tout le monde se dit bonjour, apprend à se connaitre… Ce côté n’a pas changé et c’est ce qui fait la force de notre club…

Aujourd’hui, le club a réussi à garder ce côté là…

La grande force des différents Présidents que j’ai pu connaître dans le passé (Henri Faraud et Jean Philippe Gauthier avec qui je garde de très bons contacts et que je remercie encore beaucoup aujourd’hui de m’avoir fait confiance) a été de développer le sportif sans oublier les valeurs de ce club.

Pierre Petit et Billy ont eu un discours fort lors de la première réunion d’éducateur : garder cette ligne de conduite en développant au maximum le club. Et je pense qu’il faut absolument garder l’envie de faire progresser le club sportivement, car nous avons une force que beaucoup de clubs recherchent mais qu’ils n’arrivent pas à obtenir : l’âme du club.

Tant que le club garde cette ligne de conduite, je pense qu’il ira dans la bonne direction.

img_4449-copier-002

 

 

entretien-avec-romain

Arrivé cette saison pour prendre en main le Groupe U19 Excellence du FC Mougins, nous avons voulu faire plus ample connaissance avec Romain. Lors de cet entretien, il se confie sur son parcours, ses méthodes, son adaptation, ses projets et ses ambitions pour cette saison.

 

Romain, tu es le nouvel entraîneur des 19 Excellence depuis cette année, pourrais-tu te présenter en quelques lignes ?

34 ans, pacsé, 1 enfant de 2ans et demi, je suis responsable d’un service de logistique transport regroupant 40 collaborateurs (organisation des plannings, management des hommes, service client), originaire de la région parisienne mais habitant Grasse depuis 24 ans, titulaire d’un Master Sport et Nutrition (Bac+5)

Quel a été ton parcours de joueurs, puis d’entraîneur ?

Parcours assez modeste en tant que joueur : PHA dans mon petit club de quartier du Plan de Grasse, au poste de stoppeur (qui porte bien son nom, puisqu’à l’époque les arbitres étaient bien moins sévères que maintenant et on pouvait se permettre certaines choses qu’aujourd’hui la morale réprouve ! mais bien utile à l’époque surtout pour notre petit club où nos supporters savaient mettre la pression à l’adversaire en dehors et nous sur le terrain).

En tant qu’éducateur : j’ai débuté à 16 ans en m’occupant des écoles de foot du Plan de Grasse. Pendant 6 ans, je me suis formé et fait mon apprentissage en partant de la base avec les catégories école de foot, débutants, poussins et benjamins (aujourd’hui appelés U11). Ces 6 années m’ont permis de tester plusieurs méthodes de management, différents exercices, d’inculquer discipline et rigueur : en quelque sorte, ces années dans le foot réduit ont été mon laboratoire pour tester ma méthode que je serai amené à développer sur des équipes à 11. Au bout de ces 6 années, il m’a fallu grandir et me remettre en question en quittant mon petit club et en confrontant mes idées à du niveau Ligue dans des clubs plus huppés comme le Cannet-Rocheville, le RC Grasse et l’AS Cannes. J’ai été confronté au niveau Ligue DHR et DH pendant 8 ans avec à la clé 4 titres de champion et 6 finales de Coupe Côte d’Azur disputées (3 gagnées et 3 perdues : l’équilibre parfait ! Remarquez comme le football est bizarre : les finales que mes équipes ont gagnées sont celles que nous aurions dû perdre sur le papier ; et celles que nous avons perdu sont celles que nous aurions dû gagner sur le papier ! comme quoi le football se résume à de l’efficacité, de la rigueur, un état d’esprit et un mental). Puis il y a deux ans, suite à la naissance de mon fils Mathéo, je me suis rangé des affaires du football.

img_9879

Comment te qualifierais-tu en tant que coach ? Quel type d’entraineur es-tu ?

Tout d’abord, je ne me considère pas comme un coach ou un entraîneur (je laisse cela aux grandes personnes compétentes) mais plutôt comme un éducateur. Ma conviction profonde, c’est qu’au travers du football, nous sommes avant tout là pour inculquer des valeurs à nos jeunes : le respect, le vivre ensemble, le partage, la solidarité, la rigueur dans le travail, l’investissement personnel. Nous sommes là pour faire de nos joueurs des hommes de demain avec des valeurs. Je reconnais volontiers que cela va à l’encontre de ce qui peut se pratiquer un peu partout où pour beaucoup, la priorité reste le résultat. Pour ma part, je prends le problème à l’envers : je pense que pour gagner les matches, il faut avant tout progresser et donc travailler, et tant pis si l’équipe perd ses premiers matches officiels. L’inverse semble être la norme : gagnons d’abord et ils progresseront ensuite.

 

5 mots-clés définissent ma méthode :

1) Respecter ses joueurs, c’est être avant tout exigeant envers soi-même : préparer les séances d’entraînement en y mettant de l’application et de la réflexion, arriver en avance aux séances (avant les joueurs), installer le matériel avant que les joueurs n’arrivent, être en permanence en tenue du club, prendre soin du matériel… Montrer l’exemple, c’est pouvoir ensuite être exigeants avec les joueurs et leur demander d’être en qualité sur les séances, impliqués dans l’entraînement, être sur le terrain à l’heure précise, en tenue du club…Les joueurs paient une licence surtout pour progresser et pas uniquement pour jouer le dimanche : notre caution morale d’éducateur doit être dictée  par le respect de ce principe de progression individuelle des joueurs et collective de l’équipe (et tant pis si à la fin de la saison, le joueur s’en va dans un meilleur club, on aura fait notre travail de formateur).

2) La rigueur, la concentration et la détermination : pour progresser, il faut inculquer une discipline et une exigence aux joueurs qui doivent s’approprier ces deux notions fondamentales du travail (utile dans leur future vie de salarié).

3) L’état d’esprit : implication, envie, détermination (un garçon qui vient à l’entraînement sans envie rentre chez lui), respect des partenaires, adversaires, arbitres, dirigeants, parents, des horaires, des consignes collectives.

4) Aucune star dans le groupe : c’est le groupe qui est la star. Le collectif passe avant tout. Aucun joueur ne doit se permettre de se croire au-dessus des autres : c’est le groupe qui fait la force, la solidarité, l’entraide car sans les autres, on est peu de choses voire rien. Je préfère avoir un joueur moyen avec un état d’esprit collectif qui se défoncera pour les autres, qu’un joueur centré sur lui-même ne faisant les efforts que pour lui. Le joueur qui va à l’encontre de ce principe s’exclut de lui-même du groupe. C’est l’essence même du football : le collectif.

5) Prendre du plaisir dans la progression, le travail, le jeu collectif, le partage avec les autres (ça aide dans les moments difficiles ou de doute).

Je reconnais volontiers que ma méthode est dure et très exigeante dans sa dimension technique, physique, tactique et psychologique mais la progression du joueur et du groupe est à ce prix ! Les joueurs qui ne sont pas dans ces principes-là seront écartés au profit d’autres joueurs peut-être moins bons à la base mais qui sauront donner satisfaction à chaque instant : il n’y a pas de passe-droit ni de statut de joueur particulier !

Qu’est ce qui t’as amené à signer au FC Mougins ?

C’est par l’intermédiaire de Jean-Jacques Asso que j’ai accepté de sortir de ma retraite pour reprendre en main l’équipe des U19 excellence. J’ai rencontré Jean-Jacques au RC Grasse où il était manager du club et entraîneur de la CFA 2. Le courant est rapidement passé et les conseils qu’il m’a donnés étaient d’une grande qualité. A mon départ du RCG, on sait dit qu’on se retrouverait un jour dans un autre club : ce qui fut chose faite pendant un mois au FCM avant que Jean-Jacques ne rejoigne son club de cœur l’AS Cannes où je lui souhaite toute la réussite pour redonner à ce patrimoine du Foot Français ses lettres de noblesses tant dans la formation que dans le niveau de son équipe fanion. Je connaissais également Pascal Bialylew dit « Billy » pour l’avoir souvent croisé sur les terrains du département : c’est donc vers lui que je me tourne principalement pour des questions sur le club. Et puis, j’ai retrouvé mon fidèle préparateur physique Kevin Fouilloux avec qui j’ai passé deux superbes saisons à l’AS Cannes tant par la qualité de son travail que dans notre amicale entente.

img_9887-u19

Vous avez bien débuté la saison avec 3 victoires en 3 matchs, c’est très encourageant ?

Pour tout vous dire, le mot « encourageant » est le bon mot car les difficultés n’ont pas manqué en ce début de saison : construire un groupe de joueurs malgré les nombreux départs, s’intégrer et comprendre ce groupe, faire accepter la méthode de travail et d’exigence (notamment la préparation physique), faire face à nos nombreuses blessures (une pensée pour Alex et Gabriel) et aux lacunes qualitatives et quantitatives à certains postes-clés (Monsieur Bricolage est toujours de sortie !). Donc effectivement, on peut dire que c’est un bon début mais nous devons rapidement progresser sur des points essentiels : la maîtrise du bloc-équipe, la détermination dans les duels et la conquête du ballon, le jeu collectif vers l’avant et la simplicité de son expression, la concentration et l’attention pendant 90 minutes.

Quelles sont tes ambitions pour cette saison ?

Au vu de la saison précédente, il faut rapidement se mettre à l’abri et passer l’objectif du maintien : il est important pour le club de conserver ce niveau Excellence et d’éviter de se faire peur comme la saison précédente en étant en pression négative à chaque match. Je tire d’ailleurs un coup de chapeau à Sébastien Tonneau pour avoir réussi cet objectif la saison passée et pour m’avoir transmis le flambeau dans les meilleures conditions possibles. Maintenant, je pourrai vous en dire plus fin novembre, quand nous aurons rencontré les équipes qui joueront le titre de champion et la montée en Ligue : à savoir USONAC, Mandelieu, Cavigal et Saint-Jean-Beaulieu. Si nous passons ces obstacles et assurons quasiment le maintien à cette date, nous pourrons effectivement viser les premières places. Mais il y a tellement de travail à réaliser que nous allons nous focaliser sur notre progression plutôt que sur le classement. Le groupe de joueurs est de qualité et travaille volontiers jusqu’à maintenant : les résultats leur donnent raison. A eux de ne pas lâcher et de ne pas se relâcher : conserver cette exigence et peut-être aurons-nous une belle récompense en fin de saison !

Le mot de la fin ?

D’abord remercier l’ensemble du Club pour son accueil et tout particulièrement Jérémy Bouchacourt pour son aide précieuse en fin de saison dernière pour l’intégration des U18. Ensuite, Pierre Rolly et Nicole Moreau que j’embête régulièrement pour des problèmes administratifs et mon ancien joueur Cédric Siino pour la qualité du lavage des maillots et des chasubles, et le soin qu’il prend à bien les ranger !! Ensuite, merci à la patience de ma femme et de mon fils qui me voient très peu de par le temps passé au travail et l’enchaînement avec les séances d’entraînement. Enfin, un petit message pour mes joueurs : qu’importe les difficultés, il faut s’accrocher pour progresser et avancer. J’ai confiance en vous alors ayez vous-même confiance en vous et en vos partenaires. Prenez du plaisir à évoluer tous ensemble ! Vous avez une belle aventure à vivre cette saison, alors vivez-là à fond et n’ayez aucun regret !

 

Merci Romain pour ton investissement au sein du club, nous te souhaitons beaucoup de réussite et une excellente saison !

 

Football Club de Mougins Côte d’Azur

Le club est né en 1985, sous l’appellation Football Club de Mougins.

Passionnés de football, une bande d’amis ont eu l’ambition de construire un club de football de qualité, alliant convivialité, formation des jeunes et éthique sportive. Autour de Richard Zucchini, premier président du FC Mougins, Gilles Petit, Pierre Petit, Lucien Bertezzio, Jean-Gilles Laroche, Jean-Michel Arbona et Jean-Luc Baudet, ces membres fondateurs se sont installés dans le parc de la Valmasque pour accueillir la cinquantaine de licenciés que comptaient le FC Mougins pour sa première saison 1985/1986. La fusion avec Mandelieu Capitou en 1991 a donné un élan supplémentaire au club, sous un nouveau sigle, le FCMC.

Capitou s’en allant en 1993, le FCMC a laissé la place au nom actuel, le Football Club de Mougins Côte d’Azur…

Basé sur une politique de formation des jeunes joueurs, le FC Mougins a su conserver, après plus de vingt cinq ans d’existence, cet axe de travail qui lui a valu une ascension fulgurante. En 1991, toutes les équipes jeunes évoluaient déjà en excellence (exceptés les juniors), et l’équipe fanion s’était hissée en PHA.

Terrain stabilisé avec main courante et deux vestiaires à ses débuts, le FC Mougins a pu se développer grâce à l’aide de la municipalité qui a permis au club de se structurer avec, dans un premier temps, deux nouveaux vestiaires, puis la pose d’une pelouse en synthétique sablée en 1995, et un petit terrain annexe.

En 2003, la pose d’une pelouse synthétique alors appelée « nouvelle génération » a permis d’accroître les qualités de travail au sein de la formation mouginoise.
Très abîmée, la pelouse synthétique était devenue, depuis 2008, un inconvénient pour le travail et la formation des joueurs… La municipalité aura attendu 2011 pour remplir de joie tous les licenciés du club, en investissant sur la rénovation totale du synthétique en y apposant une merveille de synthétique, début d’une nouvelle ère !!!
En 2014, c’est au tour du petit terrain de voir sa pelouse synthétique rénovée… Il ne reste plus que le terrain stabilisé à recouvrir et alors, le FC Mougins pourra se vanter d’avoir le plus beau complexe du département…

Depuis 1985, chaque président a eu le souci de conserver l’atout majeur du club, la formation des jeunes. En 1999, le club franchit une étape, en plaçant au plus haut niveau du district toutes les catégories jeunes.
En 2001, les 17 ans (U19) accèdent au niveau ligue, puis en 2004 c’est au tour des 13 ans (U15) d’y accéder, enfin en 2007, les 18 ans (U19) ont accédé au niveau régional le plus élevé, passant de la DHR à la DH.

La Fédération Française de Football a réformé les catégories, désormais sous l’appellation « Under… », le FC Mougins a conservé ses U19 (ex-18ans) au niveau régional, jusqu’en 2014 ; la perte de ce niveau a été compensée en mai 2014 par la première accession au niveau régional de notre équipe U17 (ex 15ans), suivie l’année suivante par l’accession des U15… Une formidable ascension qui permet au FC Mougins de figurer parmi les meilleurs clubs du département !
En seniors, de retour en PHA en 2013, le FC Mougins veut bâtir une équipe ambitieuse, en maintenant ses valeurs et ses objectifs, en intégrant un maximum de jeunes issus du club dans son équipe fanion.
Au plus haut niveau départemental dans les catégories de jeunes, et même représenté au niveau régional en U15 et U17, le club travaille pour être représenté davantage en région PACA…
Cela passe par un travail en amont, chez les plus petits où le FC Mougins voit sa réputation croître, grâce au travail fourni par tous nos éducateurs !!!

En participant activement depuis 2010 à la vie de la Cité, le FC Mougins a intégré les activités périscolaires pour initier les scolaires à la pratique ludique du football… Le club est aussi un acteur majeur de la section sportive départementale du Collège des Campelières depuis 2004 et a l’ambition de prendre sous sa responsabilité cette section pour en faire un véritable centre de pré-formation mouginois dès 2016 ou 2017.

Aujourd’hui, le FC Mougins est en passe de devenir une référence régionale… un seul manque : l’espace !
L’ensemble des acteurs mouginois attendent avec impatience l’arrivée d’un second terrain synthétique, qui permettrait d’augmenter le nombre des licenciés, mais aussi et surtout d’améliorer la qualité de l’enseignement proposé.

Pascal Bialylew et Pierre Petit, nommés co-présidents du FC Mougins durant l’été 2016, vont se rappocher de la Mairie de Mougins pour évoquer avec eux le projet de pose du synthétique du second terrain qui devient une nécessité pour tous.

Le FC Mougins grandit, mûrit, devient un club reconnu, exemplaire dans sa capacité à faire progresser ses joueurs, maintenant son état d’esprit familial, avec la capacité de proposer un enseignement de qualité pour tous les âges et pour tous les niveaux…

Cette reconnaissance est une fierté, un accomplissement pour chaque président, membre du directoire ou éducateur passé par notre magnifique club !

Une ville, un club, notre passion…. le FC Mougins !